Office de Tourisme et des Congrès de Clermont-Ferrand

Quelques mots d’histoire …

Aux origines étaient deux villes : Clermont et Montferrand. Le roi Louis XIII scelle leur destin en 1630, par un Édit d’union. Naissance de Clermont-Ferrand …

De cette dualité oubliée est issue la diversité de deux centres historiques. Clermont de fondation antique, longtemps cité épiscopale. Montferrand née au Moyen Âge par la volonté du comte d’Auvergne.

Moyen Âge et création de Montferrand

Au Xe siècle, l’on construit une nouvelle cathédrale. En 1095, le pape Urbain II prêche à Clermont la première croisade. Le pouvoir de l’évêque s’accroît. Il devient seigneur de la ville.

Au siècle suivant, les comtes d’Auvergne fondent la cité de Montferrand à environ 4 km au nord-est de Clermont. L’église romane dédiée à Marie est construite à Clermont.
En 1248, débutent les travaux de l’actuelle cathédrale.

Le comte Robert Dauphin lègue Montferrand à son épouse la comtesse G. dite comtesse Brayère. C’est elle qui accorde aux habitants une charte de franchises qui favorise son essor commercial pour plusieurs siècles. Le transfert du bailliage en 1425 renforce son prestige.

Façade de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
Hôtel de Grandseigne

De la renaissance au XVIIIe siècle

C’est en rivales que les deux cités vivent leur évolution, l’une épiscopale, l’autre comtale.

Alors qu’au XVIe siècle l’Auvergne est au pouvoir du roi, seule Clermont reste une seigneurie de l’évêque. Catherine de Médicis s’en empare et l’incorpore aux biens de la Couronne en 1551.

Le pouvoir royal décide de réunir les deux cités. Il faudra deux édits royaux, en 1630 et 1731, pour parvenir à cette réunion administrative. Montferrand, après le départ de la cour des Aides, s’endort pour plusieurs siècles, d’où la richesse de son secteur sauvegardé.
Il faudra attendre le XXe siècle pour une réunion réelle en une seule ville.
Plusieurs hôtels particuliers à Clermont et à Montferrand datent de la Renaissance, ainsi que l’exceptionnelle fontaine d’Amboise.

En 1623, près de la façade encore romane de la cathédrale gothique, naît Blaise Pascal, génial penseur.
Durant le XVIIe siècle, s’installent de nombreux établissements conventuels. On peut admirer la façade de l’église Saint-Pierre-des-Minimes sur la place de Jaude et l’ancien collège des jésuites, aujourd’hui centre Blaise-Pascal. La chambre d’apparat de l’hôtel de Grandseigne offre un rare exemple de décor complet des années 1660. Le XVIIIe siècle est marqué par les embellissements de Clermont, commandés par les Intendants d’Auvergne. L’hôtel particulier de Monsieur de Chazerat est un remarquable témoignage du siècle des Lumières.

Au XIXe siècle

De nouvelles voies sont tracées vers la place de Jaude et le quartier de la gare créé. On construit le théâtre, l’hôtel de Ville et de nombreux immeubles bourgeois. Le célèbre architecte Viollet-le-Duc achève la cathédrale par l’adjonction de trois travées et de la façade monumentale à l’ouest surmontée de deux flèches.

Affiche Michelin

Au XXe siècle

Le développement de la manufacture Michelin modifie profondément la ville. Outre les sites industriels, Michelin construit des cités entre-deux-guerres pour accueillir une main d’œuvre venue de la campagne. Le nombre d’habitants croît : 50.000 en 1900, le double 30 ans plus tard et près de 150.000 en 1962.

Naissent des quartiers entiers, au cœur desquels on bâtit des églises. Art Nouveau et Art Déco s’expriment dans des immeubles, des devantures ou des ferronneries de l’atelier Bernardin. L’hôpital-sanatorium Sabourin, chef d’œuvre du Mouvement moderne, est construit en 1933.
L’entrée dans le XXIe siècle se signale par la réécriture urbaine de la place de Jaude et le tracé du tramway Fleur de Lave, avec une mention particulière pour l’École supérieure d’Art, d’une grande qualité architecturale.

Les incontournables